Un coût très élevé de la pollution de l’air intérieur en France

Ces temps-ci, la dégradation de la qualité de l’air intérieur est devenue une préoccupation primordiale de santé publique de premier plan. En plus des conséquences défavorables causées par cette dégradation, la France dépense environ 20 milliards d’euros par an sur ce domaine.

Des polluants déjà évoqués par les chercheurs

D’après l’étude menée par l’agence nationale de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail, le montant socio-économique de la pollution de l’air intérieur est très élevé. De plus, ce secteur enregistre quelques 18 milliards d’euros en termes de coût de mortalité et de baisse de qualité de vie des personnes malades.

Guillaume Boulanger, adjoint de l’unité des risques relatifs à l’air de l’Anses, a précisé la présence de plus d’une centaine de polluants dans l’air intérieur. Il a également définit le poids socio-économique de la pollution de l’air comme étant « une estimation basse ».

Seulement lors de cette première étude dirigée par Guillaume Boulanger, les experts ont pu retenir six polluants qui ont tous un impact considérablement important pour la santé. Les scientifiques disposent actuellement des données relatives à ces derniers. On notera le benzène, le trichloréthylène, le monoxyde de carbone, le radon, les particules et le tabagisme passif.

Le trafic automobile se retrouve à la tête

trafic_automobile

A part ces substances défavorables qui ont déjà été mesurées par l’OQAI et retenues par les experts, on ajoutera encore d’autres éléments qui n’ont pas pu être retenus faute de données insuffisantes telles que le formaldéhyde, les colles, les vernis, les moquettes, les meubles en bois, les peintures et autres.

Les résultats de cette étude évoquent que la plupart des particules de polluants sont liées au trafic automobile. De plus, lors de leurs propagations, ils pénètrent directement dans les habitations de proximité. La pollution de l’air intérieur se fait également par la cuisson au feu de bois et au gaz qui   présente à elle seule 75% du coût socio-économique. Le tabagisme vient après avec un taux de 7% suivi du radon qui connait 1,3 du coût.

.

1 Comments

  1. près de 7 millions de personnes sont décédées du fait de l’exposition à la pollution de l’air

Leave A Comment