France : La reprise de la consommation et du pouvoir d’achat en trompe-l’œil

A la fin de l’année 2013, la consommation des ménages a connu un rebondissement qui a été appuyé par un pouvoir d’achat amélioré. Mais en même temps, cela n’implique aucune reprise du travail et demeure en période de restriction budgétaire tout en procurant une limitation pécuniaire.

Fondement de cette considération

La consommation des ménages a avancé de 0,5% au quatrième trimestre contre 0,1% lors du trimestre précèdent. Selon l’Institut national de la statistique et certaines études économiques, une telle hausse n’a pas été constatée depuis le premier trimestre.

Selon Tullia Bucco, économiste d’Unicredit, cela est le résultat de l’impact de la libéralisation temporaire de l’épargne salariale, de l’augmentation des taux de TVA et du renforcement du malus sur les voitures les plus polluantes au 1er janvier.

Plusieurs facteurs ont été également avancés par M.Martinez à savoir  la baisse des prix au long de l’année 2013 et la croissance considérable des revenus du travail. Ce dernier d’insister sur le passage des taux de TVA intermédiaire de 7% à 10% et de TVA normale de 19,6% à 20%.

Un bénéfice passager

bénéfice passagerSelon les professionnels, cette hausse de consommation reste transitoire. D’après Frédérik Ducrozet, économiste au crédit  agricole, la reprise de consommation étonne car la France connait encore une austérité et un chômage élevé.

Mais, Eric Heyer de l’observatoire français des conjonctures économiques reste optimiste. Il a affirmé que lors d’une reprise de la croissance, il est fort possible de créer de nouveaux emplois. Ainsi, il y aura plus de masse salariale procurant à la fois la progression des salaires et plus de salaires distribués. Des faits qui amélioreront le pouvoir d’achat.

Pourtant, cet économiste n’a pas hésité d’évoquer que pour l’instant, le seul élément  positif pour le pouvoir d’achat  reste le pouvoir de l’euro. Selon lui, cette progression de la monnaie européenne  permet d’avoir des produits moins chers à l’exportation.

.

Leave A Comment